Poster un commentaire

GREVE ILLIMITEE A L’IUG Les étudiants payent les frais de la mauvaise gestion

Depuis le 16 octobre 2014, les enseignants de l’Institut universitaire de gestion (IUG) sont en grève illimitée. Les étudiants ne savent plus où donner de la tête. Etat et enseignants syndiqués campent sur leur position. Les étudiants crient au scandale, mais leur cri d’orfraie semble bien inaudible.

Ils ne sont pas contents. Les étudiants de l’Institut universitaire de gestion ne savent plus à quel saint se vouer. Ils sont ignorés par l’Etat et le syndicat qui se livrent une guerre sans merci.
Hady Kah, étudiant en 1re année sciences techniques et commercialisation (STC), déplore « le gouvernement et les enseignants qui semblent oublier que l’ennemie jurée du système LMD dans lequel est l’IUG depuis 2010 est la grève ». Pour Samba Coulibaly en 2e année finances et comptabilité, le découragement est total.
« Bien que l’AEEM, qui nous représente, a interpellé les parties à cette grève illimitée, rien n’a changé. Je vais me reposer en attendant la suite des choses ». Samba dit être un des sans-voix dans ce dialogue de sourds entre enseignants et gouvernement. Certains sont encore à se demander s’ils ont ou pas avancé en année d’études vu qu’il n’y a plus d’activités pédagogiques.
« Les réclamations, les ajournements ne sont pas clarifiés. Nous sommes surmenés avec cette grève qui n’a que trop duré. Pendant que des classes ont entamé leur deuxième semestre d’études, d’autres n’ont pas fini le premier. Il y en a même qui depuis la rentrée en janvier 2014, ne sont pas rentrés en classe », une situation désolante, explique Fatoumata Tounkara en deuxième année STC.
Soucieux de l’avenir, Hady Kah, membre de l’AEEM, rejoint beaucoup d’étudiants en suppliant le gouvernement et enseignants syndiqués du Snesup à trouver un terrain d’entente afin que leur avenir n’en soit hypothéqué.
Les cours au titre de l’année universitaire 2014-2015 ont officiellement débuté dans cet établissement le 7 octobre dernier. Mais jusqu’à présent, ils sont boycottés par les enseignants qui poursuivent leur grève illimitée, au grand dam des étudiants de l’IUG.

Boucs émissaires
Pour le Syndicat national des enseignants du supérieur auquel sont affiliés des enseignants de l’IUG, la responsabilité de cette grève illimitée incombe au directeur par intérim de l’IUG et au recteur de l’Université des sciences sociales et de gestion de Bamako.
Le secrétaire général du Snesup, Abdou Mallé, dans sa lettre de doléances du 15 décembre 2014 adressée au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Me Mountaga Tall, condamne cette velléité avec la dernière énergie qui constitue une violation délibérée du point 5 du protocole d’accord du 27 janvier 2014.
En conséquence, le Snesup exige le payement de 70 % des arriérés d’heures supplémentaires d’encadrement de stage des années académiques suscitées de 2011-2012 et 2012-2013 et 30 % en mars 2015 aux enseignants de l’IUG conformément au point 5 du protocole d’accord de janvier.
Le Syndicat exhorte le ministre Tall à prendre ses responsabilités dans la résolution des crises persistantes et globalisantes dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. En effet, l’IUG n’est pas un cas isolé. Il est aujourd’hui en proie à une mauvaise gouvernance sans précédent.
Cette situation de crise est amplifiée par un pourrissement généralisé du climat social à l’EN Sup dont les enseignants observent également une grève illimitée. A la Faculté d’histoire et géographie au CRRA de Sotuba le constat est amer. L’enseignement supérieur et de la recherche scientifique du Mali a besoin d’une thérapie de choc en termes de gouvernance.
Aminata Traoré
Source: www.lesechos.ml

Publicités

Réagissez en laissant un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :